AFRIQUE DU SUD : VERS DES MéDICAMENTS GéNéRIQUES CONTRE LA TUBERCULOSE

Dans un communiqué publié le 5 juillet, la commission sud-africaine de la concurrence a déclaré qu'elle avait décidé de ne pas poursuivre une plainte contre J&J concernant des "allégations d'abus de position dominante".

Les groupes de défense médicale ont salué la décision de Johnson & Johnson de ne pas faire valoir son brevet sur un médicament essentiel contre la tuberculose, permettant ainsi sa production à des prix beaucoup plus bas, après que les autorités sud-africaines ont ouvert une enquête sur le conglomérat.

Dans un communiqué publié le 5 juillet, la commission sud-africaine de la concurrence a déclaré qu'elle avait décidé de ne pas poursuivre une plainte contre J&J concernant des "allégations d'abus de position dominante". Cette plainte a été déposée après que J&J et sa filiale ont déposé l'année dernière un brevet secondaire pour la bédaquiline, utilisée dans le traitement de la tuberculose résistante aux médicaments.

Les experts ont fait valoir que le brevet empêchait les fabricants de génériques de produire des médicaments moins chers, ce qui menaçait le traitement de dizaines de milliers de personnes en Afrique du Sud. La tuberculose a tué plus de 50 000 personnes en 2021, ce qui en fait la première cause de mortalité du pays.

Les autorités ont déclaré que J&J avait accepté de ne pas faire valoir son brevet et de réduire d'environ 40% le prix facturé à l'Afrique du Sud.

"Nous espérons que cette décision envoie un message fort aux entreprises pharmaceutiques : elles ne peuvent pas continuer à exercer un monopole anticoncurrentiel et à privilégier les profits au détriment de la vie des gens", a déclaré Candice Sehoma, conseillère en plaidoyer à Médecins sans frontières en Afrique du Sud.

Mme Sehoma a déclaré à l'Associated Press mardi qu'elle espérait que les fabricants de génériques en Afrique du Sud seraient en mesure de commencer à produire de la bédaquiline dans les années à venir, ajoutant que des usines indiennes fabriquaient déjà le médicament.

L'année dernière, des militants de pays tels que l'Inde, le Belarus et l'Ukraine ont protesté contre les efforts déployés par J&J pour protéger son brevet sur la bédaquiline, mais ils n'ont eu que peu de réactions. J&J a demandé à ce que son brevet sud-africain soit prolongé jusqu'en 2027, ce qui a mis en colère les militants qui l'ont accusé de profiter de la situation.

Dans une démarche inhabituelle contestant l'influence des grandes entreprises pharmaceutiques, le gouvernement sud-africain a alors commencé à enquêter sur les politiques de prix de l'entreprise. Le pays a payé environ 5 400 rands (282 dollars) par traitement, soit beaucoup plus que les pays pauvres qui ont obtenu le médicament dans le cadre d'un effort mondial appelé "Stop TB Partnership" (Partenariat Halte à la tuberculose).

Fatima Hassan, fondatrice du groupe militant Health Justice Initiative en Afrique du Sud, a souligné que les stratégies de brevetage d'autres médicaments clés pour des maladies telles que le VIH, le cancer et la mucoviscidose pourraient également faire l'objet d'une enquête de la part des organismes de réglementation en ce qui concerne leurs politiques de prix.

"À l'avenir, les entreprises pharmaceutiques devront être contrôlées et tenues de rendre des comptes", a déclaré Mme Hassan dans un communiqué.

2024-07-10T12:15:50Z dg43tfdfdgfd