LA FRANCE RETIRE LA NATIONALITé FRANçAISE à L'ACTIVISTE KEMI SEBA

Selon un décret en date du 8 juillet, mais paru ce mardi 9 juillet au journal officiel français, l'activiste et président de l'organisation Urgences panafricanistes Kemi Seba est « déclaré avoir perdu la nationalité française sur avis conforme du Conseil d'État ». En février dernier, le ministère de l'Intérieur avait lancé une procédure pour lui retirer cette nationalité. Mais sur le réseau social X, le sulfureux polémiste se réjouit de cette décision.

Connu pour son activisme contre le néocolonialisme, Kemi Seba, de son vrai nom Stellio Gilles Robert Capo Chichi, qui critique la présence de la France en Afrique, est populaire dans une frange des diasporas africaines à travers le monde.

Depuis plusieurs années, ses relations avec la Russie et l'Iran lui ont attiré les foudres des autorités françaises. Proche des régimes militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger, qui forment depuis novembre 2023 la nouvelle Alliance des États du Sahel, il est souvent qualifié par ses détracteurs « d'agent de désinformation contre les intérêts français ». 

Une proximité avec le groupe russe Wagner

L'an dernier, le quotidien allemand Die Welt, l'organisation All Eyes On Wagner et l'hebdomadaire Jeune Afrique, ont pris connaissance de dizaines de documents internes du groupe Wagner. Des documents prouvant que l'activiste sulfureux a été pris en charge pendant plus d'un an entre mai 2018 et juillet 2019 par différentes sociétés d'Evgueni Prigojine, le défunt fondateur du groupe russe. Durant cette période, le polémiste avait reçu près de 440 000 euros de Wagner qui projetait également de lui financer un parti politique.

Kemi Seba a surtout servi au Kremlin pour diffuser sa propagande anti-française en Afrique. Ce fut notamment le cas lors de son déplacement au Niger en mai dernier, où il soutenait qu'une base de l'armée française était présente au Bénin et qu'elle utilisait  « légionnaires noirs se faisant passer pour des militaires béninois » pour déstabiliser le Niger. En 2019, il participait également à l'opération d'ingérence électorale menée par Wagner lors de la présidentielle à Madagascar.

Des positions très critiques vis-à-vis de la France

Dans une lettre datée du 29 février, le ministère de l'Intérieur français lui reprochait un comportement et des propos qui « révèlent une posture constante et actuelle résolument anti-française »

Selon l'AFP, Kemi Seba a ces dernières années organisé ou participé à plusieurs manifestations hostiles au franc CFA en Afrique, où il a été régulièrement interpellé, expulsé ou refoulé. Cela notamment de Côte d'Ivoire, du Sénégal et de Guinée. En France, il a été accusé l'an dernier par le député Renaissance Thomas Gassilloud, alors président de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, d'être un « relais de la propagande russe » et de servir « une puissance étrangère qui alimente le sentiment antifrançais ».

Kemi Seba se réjouit du jugement

En réponse, le polémiste avait brûlé son passeport français devant une foule rassemblant ses partisans le 16 mars dernier. Sur ses réseaux sociaux, il se dit aujourd’hui « libéré du fardeau de la nationalité française »  et voit dans le retrait de cette citoyenneté « une reconnaissance pour son travail politique contre la Françafrique ».

Kemi Seba dispose également de la nationalité béninoise et parce qu’il est né en France, trois conditions devaient être réunies pour lui retirer la nationalité française : disposer de la nationalité d'un autre État, se comporter comme un citoyen de cet État et avoir commis des actes contraires aux intérêts de la France, selon l’administration française.

À lire aussiLe militant panafricaniste Kemi Seba répond à une enquête journalistique sur ses liens avec Wagner

2024-07-09T22:14:51Z dg43tfdfdgfd